Le 11 février 2020, la chaîne Al-Jazeera (Qatar) diffusait un débat sur Israël et les pays arabes. Le journaliste syrien Thaer Al-Nashef a soutenu que les dirigeants arabes dictatoriaux et autoritaires étaient le produit des sociétés arabes et non d’Israël. Il a tourné en dérision des théories du complot accusant Israël, précisant qu’Israël n’était pas responsable du progrès ou du retard des sociétés arabes. Al-Nashef a aussi moqué la croyance selon laquelle les deux bandes bleues du drapeau israélien représenteraient le Nil et l’Euphrate. 

Sati Mohammed Al-Hajj, secrétaire politique du Parti unioniste nassérien du Soudan, a rétorqué que l’objectif d’Israël était bien de s’étendre le Nil à l’Euphrate, citant comme source les Protocoles des Sages de Sion. Extraits : 

Thaer Al-Nashef : Tout d’abord, l’accusation selon laquelle Israël met en échec la démocratie dans les pays arabes est totalement infondée, car si nous considérons la situation du monde arabe, nous voyons que l’autoritarisme, la dictature et la corruption sont des phénomènes négatifs issus des sociétés arabes, qui ont produit leurs propres dirigeants. On ne peut pas dire que les dirigeants arabes viennent d’une autre planète, ou qu’il sont arrivés ici en parachutes. Dans chaque pays arabe, ce dirigeant arabe qui a vu son peuple se révolter contre lui est issu de ce même peuple. Je ne peux imaginer qu’Israël prenne un citoyen arabe au berceau et le prépare à devenir président [de son pays]. Ce sont là des théories du complot. […]

Aujourd’hui, Israël n’est pas responsable du progrès ou du retard des Arabes. Les Arabes sont responsables d’eux-mêmes. Ce sont les Arabes qui créent leur propre renaissance. Les sociétés européennes n’ont pas compté sur les Juifs pour en arriver là où elles en sont aujourd’hui. Elles ont travaillé et déployé des efforts pour atteindre leurs objectifs. Mais les Arabes peuvent bénéficier de la vaste expertise israélienne, car si l’on considère l’Israël d’aujourd’hui, qui est un pays développé, nous devons nous interroger : comment se fait-il que les Juifs, ou Israël, aient excellé ? Ces gens ont vécu en Europe pendant 2 000 ans, comme réfugiés exilés, en diaspora, comme prisonniers et esclaves. Imaginez ! Ils ont ensuite prouvé à l’humanité entière qu’ils n’étaient pas seulement des réfugiés ou des esclaves, mais un peuple capable de faire des miracles à partir de l’impossible. […]

Il y a un point important que je voudrais clarifier à l’attention de nos augustes téléspectateurs arabes. Ce qui se dit – et les régimes [arabes] nous l’ont inculqué dès le plus jeune âge – sur les frontières d’Israël qui s’étendent du Nil à l’Euphrate, l’Euphrate qu’Abraham a traversé, et le Nil, sur les rives duquel Moïse a grandi… Aujourd’hui, Israël… Où est le Nil ? On raconte que les deux bandes bleues du drapeau israélien représentent le Nil et l’Euphrate. Les deux bandes bleues ne représentent pas le Nil et l’Euphrate. Elles représentent le châle de prière, le talith. […]

Sati Mohammed Al-Hajj : Concernant le Nil et l’Euphrate… Avec tout le respect dû à l’information mentionnée, le sujet est abordé dans Les Protocoles de Sion [sic], qui ont été rédigés après le congrès convoqué par Theodor Herzl à Bâle, en Suisse, en 1897, comme chacun sait. [Les Protocoles] mentionnent clairement qu’Israël s’étend de l’Euphrate au Nil. Ce n’est donc pas un mythe, comme mon éminent collègue essayait de nous le dire. C’est la réalité, mentionnée dans Les Protocoles de Sion.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV