Mahmoud Al-Habbash, conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas, a été interviewé par Palestine TV le 8 septembre 2018. Al-Habbash a déclaré que, dans certains cas, le témoignage en justice d’une femme pourrait ne pas suffire, car sa « nature mentale » ne permet pas d’obtenir de témoignage authentique. Selon lui, les hommes sont naturellement enclins à être impliqués dans des crimes comme les meurtres, tandis que les femmes ont tendance à se couvrir les yeux pour éviter d’assister à ce terrible spectacle.

Et d’ajouter que la nature psychologique et physique des hommes les incite à tout « examiner et vérifier attentivement » lorsqu’ils sont témoins d’actes de fornication, alors que les femmes risquent de détourner les yeux, en raison de leur pudeur et de leur chasteté. Extraits :

Animateur : Certaines personnes pensent que les femmes [musulmanes] ont été lésées, lorsqu’il a été établi que le témoignage en justice d’un homme équivaut à celui de deux femmes. Quelle est l’explication religieuse de cela et comment pouvons-nous répondre à l’affirmation selon laquelle les femmes sont lésées dans ce domaine ?

Mahmoud Al-Habbash : En raison des différences naturelles bien réelles entre les hommes et les femmes, tant sur le plan physique que sur le plan mental, le témoignage d’une femme ne suffit pas dans certains cas. Dans ces cas, la nature mentale de la femme ne permet pas d’obtenir de témoignage authentique. Permettez-moi de vous donner un exemple, même si, en théorie, certains pourraient ne pas comprendre mes propos. Lorsqu’un meurtre est commis… Lorsque vous vous promenez dans la rue avec votre femme, votre sœur ou votre mère, et que vous voyez tout à coup un homme poignarder un autre homme avec un couteau. Vous, de par votre nature d’homme… Je parle ici en général. Il y a des exceptions, évidemment. De par votre nature d’homme, vous allez intervenir pour tenter de sauver l’homme poignardé. Vous ne vous couvrirez pas les yeux pour éviter de voir ce terrible spectacle. Mais quelle est la première chose qu’une femme ferait dans ce cas ? Elle se couvrirait le visage. […]

Laissez-moi vous donner un autre exemple. En cas de fornication, quatre témoins sont nécessaires. De par sa nature physique et psychologique, quand un homme voit deux personnes commettre un acte de fornication, il examine et vérifie attentivement les choses. Mais une femme, de par sa nature pudique, tendre et chaste, détournerait son regard de honte en voyant cela.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV